Que pensez (-vous) du capitalisme actuel?

Posté par argent-guide dans Non classé 2 commentaires

Bonjour à tous,

Comme vous avez pu le voir, le géant américain commence à s’écrouler: états en faillite comme le Minnesota qui ne peut plus payer ses fonctionnaires (entre autres).
Malheureusement, il n’est pas le seul. Ce qui pose un sérieux probleme pour l’avenir des États-Unis, si tout les États tombent comme des mouches les uns après les autres, se relever sera impossible pour les États-Unis.
De plus, le plafond de 14 294 milliards de dollars de la dette américaine a été atteint. Le gouvernement Obama essaye de convaincre le congrès de lever ce plafond, plafond empêchant les États-Unis d’emprunter!
Si ça ne suffisait pas, l’agence de notation Standard & Poor’s « menace » les États-Unis de leur faire perdre leur triple A (AAA).

Si vous ne voyez pas le probleme pour nous Européens, il va falloir se réveiller assez rapidement.
1929 ça ne vous dit rien? Imaginez une crise de 1929 dans un monde aussi interconnecté qu’aujourd’hui. Certains scénarios vont même jusqu’à prévoir une guerre civile aux États-Unis, chose qui n’est pas complétement improbable, pour moi.
Cette fois-ci, la planche à billets ne suffit plus, la crise dure depuis maintenant presque 4 ans.
C’est dans ces moments qu’il faudrait repenser le système. Attention, je ne suis pas un anti-capitaliste (loin de là) mais je suis pour un capitalisme modéré.
Qu’est-ce le capitalisme pour moi? C’est simple, c’est un monde où tout le monde peut devenir « riche » avec le travail qu’il a produit. Ce que je ne trouve pas normal c’est qu’il y ai des gens qui travaillent dur et qu’ils ont à peine de quoi survivre. Chose que je vois de plus en plus de nos jours et je trouve ça pas normal.
C’est pour cela qu’il faut un capitalisme encadré, partager les richesses entre les entrepreneurs et les employés. C’est scandaleux de voir un PDG gagnant 3 millions/an et derrière ses employés gagnant à peine un SMIC.
Il faut aussi encadré les spéculateurs, je pense que la bourse/forex est un moyen comme un autre de gagner de l’argent, à nous de fixer les limites.
Actuellement le seul probleme est là. Les États-Unis ne veulent pas encadrer le libéralisme (qui est un peu la définition du libéralisme). Maintenant il faut faire la part des choses: veut-on un système béton qui tient sur la durée ou un système ou certains gagnent des centaines de millions et qu’à cause d’eux, le monde entier se prend une crise financière pendant X années?

Je vois aussi pas mal d’expressions toutes faites « il faut remettre le travail au centre… ». Franchement c’est n’importe quoi quand on y pense 5 minutes. A partir de quel moment, on ne bouge pas assez notre « c*l » (veuillez m’excuser pour l’expression, mais ça m’énerve d’entendre dire ça) pour ne mériter notre salaire?
Quel serait le barème, quelqu’un travaillant dans le BTP (par exemple) devrait plus gagner que quelqu’un dans un bureau?
Chaque travail se vaut et c’est à l’employeur de fixer le salaire selon ce que lui rapporte réellement l’employé. (fin de l’énervement, ne vous inquiétez pas ;) ).

Le capitalisme n’est pas mauvais, seule la cupidité des hommes est mauvaise. Je m’explique:
Imaginons que j’ai une maison que j’ai hérité, je la vends 20000€. Quelqu’un l’achète, vit dedans et au bout de quelques années décide de la revendre. Il se dit je vais essayer de me faire un petit bénéfice, je vais la revendre 25000€. Et c’est là que nait le capitalisme qu’il faut réguler. Parce-qu’à partir de ce moment, quelqu’un va l’acheter 25k€ et va la revendre 35k€ et ainsi de suite. Dans 10 ans, la maison coutera 50k€ et là on voit les failles du libéralisme « libéral ». On fixe nos prix, tout le monde veut sa part du gâteau et à la fin, on se retrouve avec des prix utopiques ne représentant pas du tout la réalité. Je prends l’exemple d’une maison mais bien sur ça marche avec tout ce qui existe ;).
C’est pour cela que par intervalles réguliers, nous avons une crise. Cela permet de faire revenir les prix à un niveau acceptable, un petit coup de planche à billets, une nouvelle dette et c’est reparti pour un tour.
Mais au bout d’un moment, il faut payer la note.

Que pensez-vous du capitalisme? A vos claviers ;)
Merci pour votre lecture.

PARTAGEZ

2 réflexions au sujet de « Que pensez (-vous) du capitalisme actuel? »

    Temps approximatif pour la lecture des commentaires : 11 mins
  • BARBET Le 10 août 2013 à 10 h 11 min | Répondre

    Je viens de prendre connaissance de cet article. Soyons clairs sur un ensemble de points. Le capitalisme en tant que tel ne signifie pas grand chose. Au demeurant il faudrait plutôt parler de capitalismes au pluriel. (cf Chine vs USA). C’est simplement l’accumulation de capital. Il ne faut pas être naïf. Tout le monde cherche à accumuler du capital, par son travail, en spéculant (quand il en a les moyens), en tentant de vendre avec une plus-value un bien, en négociant son salaire, en jouant au loto ou à l’euro million…et que sais-je encore. Il suffit de voir ce qui s’est passé dans les pays de l’ex-URSS après la chute du mur de Berlin. On a vu se développer toutes formes d’opérations plus ou moins mafieuses visant à accroitre la fortune de quelques uns au détriment de beaucoup d’autres…
    Cela ne doit pas être confondu avec la crise financière actuelle qui a ses fondements d’une part dans le système des subprimes aux USA (prêts immobiliers à taux variables ayant entrainé une crise de confiance et une réaction type domino) et d’autre part dans l’interconnexion des banques et organismes financiers et le développement d’outils financiers complexes visant à accroitre la spéculation financière (effets de levier à l’aide de d’emprunts obligataires type Junk bonds, produits dérivés complexes…).
    Que la cupidité soit un des éléments fondateur de la crise actuelle, il n’y a pas de doute. Mais ce n’est qu’un élément. Le capitalisme ne saurait se réduire à une qualification simpliste de comportements humains somme toute assez basiques. (Voir l’analyse de A. Comte-Sponville à ce sujet). A la base de l’entreprise il y a un ou des entrepreneurs avec un projet de création d’entreprise et donc une prise de risque. La rémunération du chef d’entreprise ou des actionnaires par le biais des dividendes correspond à la prise en compte de ce risque. On peut s’en plaindre ou le vilipender mais c’est bien de cela dont il s’agit. La question plutôt en termes de « norme ». Est-il « normal  » que le PDG d’un groupe du CAC 40 gagne 200 fois le SMIC? Ce qui supposerait de définir la « norme ». En vertu de quels critères? Pas simple. Une chose est claire, et les récentes avancées politiques ou juridiques concernant les règles de bonne gouvernance vont dans ce sens, un contrôle accru au sein des conseil d’administration des grands groupes par les représentants des salariés, les administrateurs et autres parties prenantes (actionnaires minoritaires) devient de plus en plus nécessaire. Mais attention, il n’y a pas d’entreprise (et donc d’emploi) sans liberté d’entreprendre. Tout est une question de dosage…donc de « norme »!

  • BARBET Le 10 août 2013 à 10 h 24 min | Répondre

    Les USA se moquent comme de leur première chemise de la « Vieille Europe ». Quant à la dette US en dernier ressort, la majeure partie des échanges internationaux étant réalisés en dollars, ils ne se gêneront pas pour faire marcher la planche à billets et repartir l’inflation. La crise que nous sommes en train de traverser n’a rien à voir avec celle de 1929. C’est une crise des marchés financiers d’une part et d’autre part des dettes souveraines. Par ailleurs l’interconnexion des économies mais également des systèmes politico-économiques différemment organisés ont accentué ou ralenti ses effets. (internet, zone euro…).En dernier lieu, la notation des grandes agences (dont on doit souligner au passage qu’elles n’ont pas vu venir la crise…ce qui donne une idée du niveau de leur compétence) n’empêche pas la France comme d’autres pays européens d’emprunter à des taux historiquement bas et aux USA d’atteindre un déficit de plus de 8% du PIB et une dette national de plus de 100%. Ce qui compte c’est la capacité du pays à générer de la croissance et, de ce fait, à payer les intérêts de sa dette…Je doute que les USA portent une grande attention aux notations des 3 agences, au demeurant, américaines!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés
Si vous aviez été victime des options binaires, il existe une partie sur le site pour ça : Regroupement des victimes d'options binaires (Compte requis, inscription en 30 secondes)

*

*

*